Commentaire réalisé sur la base du film Indiana Jones – Les Aventuriers de l’Arche Perdue, de Steven Spielberg (1981) – Spoilers

Nous nous laissons parfois envahir par l’échec. Pourtant, échouer fait partie intégrante de nos réussites. Sans échec, comment pourrions-nous apprendre ? Innover ? Savoir ce qui est réellement important pour nous ?

Découvrez ici comment Indiana Jones, à travers 10 de ses insuccès à récupérer l’arche perdue, a finalement rendu un immense service à son pays… et comment il peut vous coacher pour modifier la perception que vous avez de vos déconvenues !

Tout commence au moment où Indiana Jones croise son idole

Amérique du sud, 1936. En apparence, Indiana Jones sait ce qu’il fait. Il se définit lui même comme un « être prudent et organisé« .

A 37 ans révolu, ce bel homme d’expérience déambule gaiement dans la jungle, malgré sa petite carte au trésor déchirée et passée, avec une maitrise parfaite du chemin à prendre.

Il désarme d’un simple coup de fouet un homme qui s’apprête à lui tirer dans le dos l’air de rien.

Il ramasse un peu de sable (mais juste ce qu’il faut, point trop n’en faut) parce qu’il sait d’ores et déjà qu’il devra remplacer l’idole recherchée par un contenant de même poids, afin d’éviter l’activation d’un savant mécanisme mortel destiné à tous ceux qui oseront profaner la relique sacrée.

Il ôte les mygales qui s’impatientent sur son dos d’une seule main, comme ça, au pied levé.

Il sait qu’il ne faut pas se mouvoir dans la lumière (au sens propre comme au figuré), sans quoi il serait transpercé par des piques en acier.

Il se balance au-dessus du vide grâce à une liane sans transpirer.

Il sait précisément sur quelles dalles marcher pour ne pas être décimé par des fléchettes empoisonnées.

Et lorsqu’il se retrouve nez à nez avec la petite idole Chachapoyan adorée tant recherchée, il se met à réfléchir. Le petit rusé récupère son sac de sable, ajuste son poids, et intervertit les deux objets.

Et c’est là qu’il essuie son 1er échec.

« Donne-moi le fouet »

Indiana Jones, prêt à se faire battre

Le mécanisme de défense péruvien s’enclenche. Des centaines de pierres s’effondrent sur lui. Même pas mal. Son acolyte s’avère être un traitre. Peu importe. La liane à laquelle il se raccroche désespérément pour ne pas sombrer dans le vide manque de rompre. Et alors ? Petit saut vers le haut, rouler bouler sous la porte en pierre en train de se refermer, le temps de récupérer son fouet et le voilà reparti, spectateur de la justice divine (le traitre a été empalé).

Mais quand on a un boulet au pied, ce n’est pas si facile de s’en débarrasser. Un gigantesque rocher se détache et manque de l’écraser. Heureusement, il s’en sort indemne.

De quoi permettre à René Belloq, son concurrent français, de s’approprier en toute quiétude le précieux objet clinquant : « Dr Jones, encore une fois vous le voyez, il n’y a rien que vous ne possédiez dont je ne réussisse à m’emparer. Et vous savez bien que je ne renonce jamais« . 2ème échec.

Heureusement, une opportunité se présente et l’archéologue s’en saisira si vite que les indiens Hovitos n’auront même pas le temps de déployer leurs fléchettes pour le trouilloter. Indiana, sur le rythme de la célèbre musique épique, bondit ainsi jusqu’à la rivière dans une course effrénée, puis se balance à l’aide d’une liane (folie !), non pas dans l’hydravion qui l’attend, mais directement au fond de la rivière, dans un plouf magistral. 3ème échec. Heureusement, Jones nage le crawl comme un dieu, et toujours le chapeau sur le chef, il se hisse dans son moyen de transport à moteur, piloté par le propriétaire d’un serpent apprivoisé. Et les serpents, tout le monde sait ça, terrifient Indy.

Échouer n’est qu’une question de point de vue

Apprentissage n°1 – Échouer, c’est disposer de l’opportunité de savoir ce que l’on veut vraiment

« Je suis sûr que tout ce que vous faites pour le musée obéit strictement aux articles du traité international de protection des antiquités« 

Marcus Brody, à Indiana Jones

Source : Extrait du film Les Aventuriers de l’Arche perdue de Steven Spielberg (1981)

D’après les chiffres.

Walt Disney a essuyé 302 refus de prêts avant de pouvoir créer son parc d’attraction à thème.

D’après les lettres.

Dans son livre « Les vertus de l’échec« , le philosophe et romancier Charles Pépin explique que chaque épreuve nous rend, entre autres, plus lucide et plus vivant. Les échecs révèlent ainsi une authentique force de caractère et prouvent l’estime de soi. En citant des personnalités ayant décuplé leur rage de vaincre, il précise comment elles ont utilisé leurs capacités d’obstination pour utiliser leurs échecs comme moteur de leur réussite.

Il cite par exemple Charles de Gaulle et son arrestation en 1916, sa blessure, ses 5 tentatives d’évasion ratées, son premier livre (« Vers l’armée de métier », paru en 1934) qui n’a pas rencontré le succès escompté, etc. Le général De Gaulle rencontre pourtant la gloire à la libération de Paris en 1944.

>>> Cliquez ici pour découvrir le résumé de son livre réalisé par Olivier Roland, sur son blog Des Livres pour Changer de Vie.

D’après Docteur Jones.

On lui a volé sa relique. Le Docteur Jones en est devenu tout chose. A tel point qu’il ne sait plus écrire « néolithique », cette période marquée par de profondes mutations sociales et le début de la sédentarisation (Doit-il y voir le signe qu’il lui faut désormais rester enseigner dans sa petite Université américaine et cesser toutes aventures, puisque celles-ci le conduisent inexorablement à l’échec ?).

« J’avais l’idole Marcus, je la tenais, je l’avais dans la main« . Mais Marcus s’en fiche un peu : « je suis sûr que tout ce que vous faites pour le musée obéit strictement aux articles du traité international de protection des antiquités« .

Car oui, si Indiana Jones trouve cette idole « splendide », il ne souhaite pourtant ardemment la retrouver que pour la confier au musée, et ainsi la faire vivre pour toujours devant des milliers d’yeux ébahis chaque jour.

Les services secrets de l’armée qualifieront d’ailleurs l’expert en sciences occultes de « pourvoyeur« . Au sens littéraire, Indiana est celui qui fournit des choses à d’autres. Être pourvoyeur est son moteur.

Votre héroïque réflexion.

Quel(s) échec(s) vous a(ont) permis de comprendre quelles étaient les valeurs les plus importantes pour vous ?

Apprentissage n°2 – Échouer, c’est continuer de vivre et avancer

« La vie continue, Indy« 

SALLAH, à INDIANA JONES

Source : Extrait du film Les Aventuriers de l’Arche perdue de Steven Spielberg (1981)

D’après les chiffres.

J.K. Rowling, l’auteur de la saga Harry Potter, a accusé 12 refus des éditeurs avant de pouvoir publier son roman.

D’après les lettres.

Elle a d’ailleurs décrit les bienfaits de l’échec lors d’un discours prononcé devant les étudiants de Harvard, à l’occasion d’une cérémonie annuelle de remise des diplômes. Elle explique : « L’échec m’a apporté une confiance qu’aucun succès scolaire ne m’a permis d’atteindre. Il m’a fait découvrir sur moi-même certaines choses que je n’aurais jamais pu apprendre par d’autres moyens« .

Elle prévient les étudiants que malgré l’excellence de leur parcours : « il n’est pas possible de vivre sans rater quelque chose, à moins de vivre avec la plus extrême prudence, autant dire ne pas vivre du tout – auquel cas vous aurez échoué par défaut ».

D’après Docteur Jones.

Tandis que le beau docteur Jones s’envole guilleret pour le Népal à la recherche de son ancienne maitresse et du papa de cette dernière, les nazis le poursuivent assidument. Marion Ravenwood giflera l’archéologue pour se venger de ses dix années de souffrance, puis lui cachera le pommeau-médaillon destiné au grand bourdon de Râ. Ce n’est pas encore tout de suite qu’il accèdera au puits des âmes. 4ème échec.

Mais il n’a de cesse de rebondir, ce bon docteur. Il revient juste à temps pour la sauver, elle et son médaillon, des griffes de nazis en sueur. Même s’il est un peu à l’origine de l’incendie (5ème échec) qui dévaste le bar miteux de la belle. Et même si c’est un peu lui qui a attiré les méchants allemands de l’histoire jusqu’à elle.

Plus tard encore, lorsqu’arrivé au Caire, il pensera que c’est une bonne idée que de la coucher dans la paille pour la sauver des méchants, il essuiera le plus gros de ses échecs. Le 6ème. Marion, étourdie par tout ce foin, sera poursuivie par un coutelier édenté, trahie par un singe, puis kidnappée dans une jarre. Dans sa dernière tentative pour la rattraper, il la verra disparaitre dans l’explosion d’un camion.

Si la culpabilité s’évertue à s’emparer de lui à travers Belloq : « ce n’est pas moi qui ait mêlé la jeune femme à nos affaires, Jones« , son ami Sallah ne le laisse pas s’apitoyer sur son sort : « ça m’attriste, mais la vie continue Indy, voilà la vérité« .

Et ainsi Jones reprend sa recherche du puits des âmes. Il finit même par le trouver… et par retrouver Marion en vie, ligotée dans une tente. Grâce à sa conversation avec elle, il ira même jusqu’à identifier l’endroit où dénicher l’arche d’alliance, celle-là même qui contient « les 10 commandements, les Tables de la Loi gravées sur pierre que Moïse ramena et brisa de colère« .

Votre héroïque réflexion.

Quel est le cadeau que vous avez eu la chance d’obtenir à la suite de votre plus grand échec ? Il y en a nécessairement un.

Apprentissage n°3 – Échouer, c’est créer et devenir innovant

« Quelle fin digne de votre vocation, mon cher ».

René Bellock, à Indiana Jones

Source : Extrait du film Les Aventuriers de l’Arche perdue de Steven Spielberg (1981)

D’après les chiffres.

« L’histoire de Nintendo est faite de succès et de ratés. Alors que ses deux premières consoles de jeux vidéo pour salon avait remporté un vif succès à l’époque, les ventes de Nintendo 64 et de GameCube s’étaient ensuite montrées plutôt décevantes. Quant à la Wii, sortie en 2006, elle s’est avérée être un succès retentissant avec plus de 100 millions d’unités vendues dans le monde, avant que son successeur, la Wii U ne fasse le plus gros flop historique de la firme japonaise. » Source : Statista, Tristan Gaudiaut

>>> Cliquez sur cette étude de Statista pour en savoir plus.

D’après les lettres.

Elon Musk, dans sa vidéo devenue virale « How not to land » (Comment ne pas atterrir), le milliardaire à la tête de SpaceX a partagé avec humour les meilleurs plantage du lanceur de fusée Falcon.

« On dit bêtement que l’échec n’est pas une option à la NASA. Ici [chez SpaceX], l’échec est une option. Si vous n’échouez pas, c’est que vous n’innovez pas assez. » Elon Musk

D’après Docteur Jones.

Ça y est ! Indiana Jones a retrouvé l’arche perdue ! Et pourtant, au petit matin, même significativement bourré, son plus vieil ennemi découvre… sa découverte. Il récupère l’arche et les nazis balancent la fille au milieu des aspics. 7ème échec.

Les voilà contraints d’innover. D’abord en déchirant la robe de la belle pour servir de combustible et maintenir les flammes qui empêchent les serpents de se glisser trop près. Ensuite en gravissant une statue égyptienne en carton-pâte pour lui permettre de s’effondrer sur les pierres millénaires et créer un interstice leur permettant de s’échapper.

Votre héroïque réflexion.

Qu’avez-vous appris à faire de nouveau à la suite de ce que vous avez considéré comme un échec ?

Apprentissage n°4 – Échouer, c’est porter un regard bienveillant sur ce qui arrive

« Il ne manque rien ni personne puisque vous êtes là, enfin… ce qu’il reste de vous »

Sallah, à Indiana Jones

Source : Extrait du film Les Aventuriers de l’Arche perdue de Steven Spielberg (1981)

D’après les chiffres.

Du côté de chez Swann (Proust, 1912) a été refusé par la totalité des éditeurs parisiens. Proust finira par le publier à compte d’auteur.

D’après les lettres.

Scott Allan, dans son livre « Échouez en grand » (« Fail big »), fait état de multiples croyances limitantes qui empêchent de réussir. L’une d’elle consiste à croire que notre vie serait à la merci des événements extérieurs. Nous sommes en réalité responsable de notre réaction face à eux.

Le docteur Viktor Frankl a écrit en 1946 un livre intitulé « Trotzdem Ja zum Leben sagen: Ein Psychologe erlebt das Konzentrationslager », dans lequel il décrit ses 4 années en camp de concentration. Il écrira : « On peut tout retirer à l’Homme sauf une chose : la dernière des libertés humaines – le choix de l’attitude personnelle qu’il prendra face à un ensemble de circonstances – afin de décider de son propre chemin.« .

>>> Cliquez ici pour découvrir le résumé de son livre réalisé par Mindparachutes, sur sa chaine Youtube.

D’après Docteur Jones.

Bien entendu, le schéma se répète. A chaque fois qu’Indy se pense à l’abri du danger, un allemand pointe le bout de son nez. Quand le gros nazi moustachu se jette sur lui tous poings dehors, l’archéologue chapeauté n’est pas fier. Malgré quelques tentatives de coups rendus, il finit à terre (8ème échec), délicieusement sauvé d’une fin tragique par une hélice bien aiguisée. Jones persévère et la vie lui rend.

Emporté par l’élan de sa réussite, il s’empare d’un étalon blanc et galope à travers le désert pour poursuivre à lui tout seul l’armée teutonne. Après moultes péripéties, il réussit à se ré-emparer de l’arche d’alliance et à la faire conduire jusqu’à un gros cargo.

Mais Paf. Revoilà les allemands. En sous-marin cette fois. 9ème échec. Toujours sous le coup de son élan nouveau, Indiana Jones puise dans les tréfonds de son énergie et s’élance du cargo vers le sous-marin, tel une sirène des abysses. Jamais il n’abandonne, Indy.

Votre héroïque réflexion.

Repensez à votre plus petit échec. Quelle transformation, si modeste soit-elle, avez-vous ressenti au plus profond de vous ?

Apprentissage n°5 – Échouer, c’est aussi choisir. Et donc renoncer

« Faites ce que vous voulez »

Belloq, à Indiana Jones

Source : Extrait du film Les Aventuriers de l’Arche perdue de Steven Spielberg (1981)

D’après les chiffres.

« Les échecs professionnels peuvent être vécus comme de véritables épreuves sur le plan psychologique, au point que l’on peut assimiler la réaction des individus à un deuil. Il convient, à ce titre, de rappeler que, pour Freud (1921), le processus de deuil s’applique chaque fois qu’un individu se trouve en situation de renoncer à quelque chose pour laquelle il s’est largement investi et à laquelle il croyait beaucoup (ex. arrêt d’un projet, perte d’un emploi, dépôt de bilan, dénonciation d’un contrat, fin d’une relation commerciale, etc.) (Dubouloy, 1996, 2005).
En d’autres termes, l’individu va devoir passer par les cinq étapes traditionnelles du deuil identifiées par Kübler-Ross (2011), à savoir le déni, la colère, la négociation, la dépression et l’acceptation… » Extrait de « Comment surmonter un échec professionnel« , de Julien Cusin, 2017.

D’après les lettres.

André Gide, dans ses nourritures terrestres de 1987, notait que « choisir, c’était renoncer pour toujours, pour jamais, à tout le reste et la quantité nombreuse de ce reste demeurait préférable à n’importe quelle unité« .

Renoncer à un choix possible, c’est écarter tous les possibles et leurs conséquences probables, dont certaines potentiellement heureuses.

D’après Docteur Jones.

En rang deux par deux tous drapeaux rouge et noir dehors, les nazis se promènent naïvement dans les sentiers arides de l’île où Belloq a prévu d’ouvrir l’arche. Indiana s’arme d’un bazooka et les menace triomphant.

Mais c’est sans compter la fourberie du français. Il pose un dilemme cornélien au passionné d’archéologie : « Nous ne faisons que passer à travers l’histoire. Ceci. Ceci est l’histoire. Faites ce que vous voulez. »

Indiana abaisse son arme et finit ligoté à un poteau avec Marion. Peut-on à ce moment-là considérer son choix comme son 10ème échec ? (autant que les tables de la loi… oh oh oh).

Les deux amoureux finiront par fermer les yeux sur tout ça, et s’en trouveront sauvés. L’arche se refermera d’elle-même après avoir fait un petit tri entre qui survit et qui ne survit pas, et sera rapportée par notre archéologue préféré aux services secrets pour être entreposée en lieu sûr.

Votre héroïque réflexion.

Nos résultats sont le reflet de nos choix. A partir des choix que vous avez opérés, reconsidérez ce que vous avez perçu comme un échec. A quoi avez-vous renoncé ? Pourriez-vous alors toujours affirmé qu’il s’agit d’un échec ?

En comprenant que vos échecs sont en réalité de véritables réussites, vous avez pris conscience de ces 3 choses :

1 – Que vous avez fait le tri entre ce qui relève d’une réussite cachée et ce qui relève d’une souffrance que vous entretenez

« Ahhhhhhhhhh »

Cri des nazis avant de fondre

2 – Que vous avez eu le courage d’agir, parfois en allant jusqu’à dépasser vos peurs

« Vous avez rendu un immense service à votre pays, merci »

Les services secrets américains, à Indiana Jones

3 – Que vous avez réalisé de profonds apprentissages

« Moi, j’ai hérité de toi »

Marion, à Indiana

Ce qu’il faut retenir !

  • Échouer, c’est disposer de l’opportunité de savoir ce que l’on veut vraiment
  • Échouer, c’est continuer de vivre et avancer
  • Échouer, c’est créer et devenir innovant
  • Échouer, c’est porter un regard bienveillant sur ce qui arrive
  • Échouer, c’est aussi choisir. Et donc renoncer

En Bonus ! Reconnu pour être l’un des plus grands réalisateurs, Steven Spielberg a pourtant été réfusé trois fois par l’université de Californie de Théâtre. Son premier film « Used Car » sera un échec. Tous ses films n’ont pas été à la tête du box-office >>> Cliquez ici pour découvrir les films oubliés de Steven Spielberg sur Allociné

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.